• Actualités
  • Témoignages
Publié le
Terence Saramandif champion de canoé-kayak
© pittrohrer

Dans cette page :


Terence, étudiant CESI École d’Ingénieurs de Pau en cycle préparatoire spécialité informatique et actuellement en alternance dans l’entreprise Safran, revient sur sa passion pour le canoë-kayak et son palmarès.

Le parcours de Terence

peux-tu nous parler de ton parcours ?

Je m’appelle Terence SARAMANDIF, j’ai bientôt 22 ans et je viens de Tours. J’ai la double nationalité mauricienne. Après avoir obtenu mon Bac S à Tours, j’ai effectué plusieurs demandes de candidatures en écoles d’ingénieurs qui n’ont pas abouti. Cela m’a conduit à déménager à Pau et prendre une année sabbatique pour me consacrer pleinement au canoë-kayak, que je pratiquais déjà.

Pendant cette période, j’ai découvert CESI et postulé pour la rentrée 2021. J’ai été accepté dans le cycle préparatoire intégré, tout en continuant mes entraînements de canoë-kayak en parallèle. C’est mon père qui m’a donné le goût des études d’ingénieurs en passant beaucoup de temps à « bidouiller » sur son ordinateur et à coder quand j’étais petit. En découvrant que CESI proposait un cursus ingénieur informatique, je me suis dit pourquoi pas conjuguer les deux.

peux-tu nous parler de ton ALTERNANCE ?

Dans le cadre de mon alternance dans l’entreprise Safran, je travaille au service outils où nous concevons des applications destinées à faciliter la maintenance des moteurs dans l’aéronautique, notamment les calculateurs intégrés. Mon rôle consiste à simplifier les interfaces des applications pour optimiser la gestion des moteurs par les utilisateurs. Je m’assure également que les utilisateurs puissent rapidement vérifier l’état des moteurs et je développe d’autres applications en fonction de leurs besoins et demandes.

Mon entreprise est très conciliante concernant mes entraînements, tant que j’effectue mes 8 heures de travail journalières, je suis libre de les répartir comme je le souhaite, ce qui me permet de gérer mon temps efficacement.

Tout savoir sur le sport de Terence : le canoë-kayak

Peux-tu nous parler de ton sport ?

J’ai commencé en avril 2009, donc ça va bientôt faire 15 ans que je fais du canoë-kayak. Avant de trouver ma véritable passion, j’ai essayé plusieurs sports (football, le basket-ball, le judo, capoeira…). Et c’est un jour en allant à mes entrainements de judo avec mon père que nous avons aperçu un club de canoë. Ça m’a intrigué et ça m’a donné envie d’essayer. J’ai de suite accroché avec ce sport et depuis je n’ai jamais arrêté.

D’où t’es venue cette passion pour le canoë kayak ?

En 2017, j’ai entamé ma carrière en canoë-kayak de haut niveau à l’île Maurice, grâce à ma double nationalité. J’ai fait ma première compétition à l’âge de 16 ans, une entrée directe dans le monde du haut niveau qui m’a motivé pour les deux années suivantes. En 2018, j’ai remporté les Jeux Olympiques de la jeunesse, un succès qui a boosté ma visibilité internationale, mes soutiens financiers et mes entraînements.

Depuis, j’ai intégré une structure avec des athlètes internationaux qui m’ont beaucoup soutenu. Actuellement sur le circuit international senior et U23, j’ai récemment participé aux qualifications Olympiques à La Réunion, où je n’ai malheureusement pas pu me qualifier. La présence de grandes figures comme Tony Estanguet a été une source d’inspiration et de soutien important. Également, les conseils de Benjamin Boukpeti ont été très précieux pour mon développement.

Le fait de commencer les compétitions jeune m’a permis de côtoyer de grands noms de la discipline très rapidement. Ces expériences m’ont toujours motivé à progresser et à viser l’excellence.

C’est quoi une journée type quand tu t’entraines ?

Ma journée est rythmée par deux séances d’entraînement majeures. La première se déroule le matin, avant mes cours ou mon alternance. Je me lève à 6h00 et vers 6h30 au plus tard je vais à la salle de sport jusqu’à 7h30. Ensuite, je me rends en cours ou je commence ma journée de travail.

Le deuxième entraînement a lieu en soirée, avec mon coach et d’autres athlètes, généralement au stade de Pau, sur l’eau. Il dure environ une heure et se concentre sur les aspects techniques et physiques du canoë-kayak. Après cela, je vais me reposer et le lendemain, je recommence le même cycle.

Avant les compétitions, nous visitons les bassins une semaine avant voir 2 semaines dans le meilleur des cas, nous nous y entraînons ensuite, essayant le maximum de combinaisons possibles pour les parcours de slalom. On étudie les parcours des années précédentes, on se familiarise avec les mouvements d’eau et de vagues du bassin etc.

Nos compétitions ont généralement lieu en fin de semaine, du jeudi au samedi, et nous découvrons le parcours le mercredi soir, sans possibilité de nous entraîner dessus par la suite.


Terence Saramandif champion de canoé-kayak
Terence Saramandif champion de canoé-kayak
Terence Saramandif champion de canoé-kayak

© pittrohrer

L’avenir de Terence et son palmarès !

Quels sont tes objectifs pour le futur ?

D’importantes échéances approchent rapidement, notamment le championnat du monde en Slovaquie et plusieurs coupes du monde à travers l’Europe. À plus long terme, je prévois de m’entraîner intensément pour les Jeux olympiques de Los Angeles en 2028, avec des compétitions prévues en Australie en 2025 et aux États-Unis de 2025-2026.

Actuellement en pause après mes qualifications pour les JO, je prends du temps pour réévaluer mon projet sportif, travailler sur mes points faibles et consolider mes points forts. Je profite également de ce temps pour prendre du recul et me recentrer sur moi-même, même si le sport reste ma priorité et ma passion principale.

Son palmarès

Découvrez le palmarès de Terence et ses résultats depuis 2017.

Le mot de la fin !

Je suis profondément reconnaissant de l’entourage exceptionnel qui m’a toujours soutenu. Ma famille a toujours été un pilier dans mon parcours. Tous les grands athlètes que j’ai eu la chance de rencontrer m’ont non seulement inspiré, mais ils m’ont aussi donné la détermination nécessaire pour atteindre leur niveau et poursuivre ma passion pour le sport.

Je tiens également à exprimer ma gratitude envers CESI et Safran. Ils ont pleinement compris l’importance de mon engagement sportif et ont toujours été là pour me soutenir. Leur implication et compréhension de mon double projet me permet une meilleur organisation et adaptation de mon quotidien pour faire coexister les 2 projets.

Soutenir Terence !

Le profil de Terence vous a plu et vous souhaitez le soutenir dans sa passion pour le canoë-kayak ? Il est actuellement en recherche de nouveau sponsors pour l’accompagner dans ses compétitions et ses entraînements. N’hésitez pas à contacter Terence directement sur ses réseaux sociaux pour plus d’informations.